Litterature > Poesie / theatre > Nanarland épisode 1

Nanarland épisode 1 de François Cau

François Cau et l'équipe de Nanarland signent Nanarland épisode 1 aux éditions Ankama.

Que leurs auteurs soient d'innocents rêveurs à côté de la plaque ou de flamboyants escrocs au cynisme achevé, les cinquante films retenus pour cette anthologie possèdent tous à leur façon une âme à même de les élever au-delà de leurs objectifs de départ.

Après le site web et une mini série sur Allociné, François Cau et son équipe proposent une sélection de 50 nanars venus de tous les horizons. On y retrouve l'ambiance nanardesque si drôle et jubilatoire. Un régal !

Benjamin

 

Informations :

 

Editeur : Ankama L'avis d'Actualité littéraire
Genre : Poesie / theatre A propos de François Cau 
Année : 2015  
Acheter : fnac partager sur facebook, twittter et myspace
Acheter : amazon

Actu-litteraire : Nanarland épisode 1 de François Cau Actu-litteraire : Nanarland épisode 1 de François Cau Actu-litteraire : Nanarland épisode 1 de François Cau

 

Le Mot de l'éditeur

 

Que leurs auteurs soient d'innocents rêveurs à côté de la plaque ou de flamboyants escrocs au cynisme achevé, les cinquante films retenus pour cette anthologie possèdent tous à leur façon une âme à même de les élever au-delà de leurs objectifs de départ. S'ils nous font souvent rire à leurs dépends, leur caractère profondément unique finit par déjouer toute objectivité critique pour les imposer comme des oeuvres d'art brutes malgré elles. Les films de ninjas, les bandes de propagande, le cinéma turc, le bis Bollywood, les séries Z philippines, indonésiennes, taïwanaises, le polar français des années 80... Autant de portes dérobées pour dessiner la cartographie d'une Histoire parallèle du cinéma, où le 7e art est tout autant ravalé à son statut de pure industrie que sublimé par la grâce involontaire d'artistes aussi sincères que maladroits.

 

 

A propos de François Cau

 

Nanarland épisode 1 de François Cau

Rédacteur pour Nanarland depuis sa création (bon, allez, à quelques mois près) sous le pseudonyme de Drexl, François Cau tombe dans le nanar à la vision du Retour des Tomates Tueuses. Depuis lors, il n’a eu de cesse de promouvoir cette passion dans tous les interstices de ses chroniques pour Radio Campus, TéléGrenoble, l’hebdo culturel Le Petit Bulletin, dans ses contributions à l’anthologie 100 Ans et plus de Cinéma Fantastique et de Science-fiction supervisée par Jean-Pierre Andrevon, ou dans les pages du mensuel So Film.