BD > Réaliste > S'enfuir. Récit d'un otage

S'enfuir. Récit d'un otage de Guy Delisle

Changement de ton pour Guy Delisle, (auteur du Guide du mauvais père) avec S'enfuir. Récit d'un otage aux éditions Dargaud.

En 1997, alors qu'il est responsable d'une ONG médicale dans le Caucase, Christophe André a vu sa vie basculer du jour au lendemain après avoir été enlevé en pleine nuit et emmené, cagoule sur la tête, vers une destination inconnue...

Guy Delisle signe un grand écart fabuleusement bien réussi. Avec S'enfuir. l'auteur parvient à retranscrire le combat quotidien de la victime contre la monotonie, contre les ravisseurs et contre lui-même. Une oeuvre très réussie !

Benjamin

 

Informations :

 

Editeur : Dargaud L'avis d'Actualité littéraire
Genre : Réaliste A propos de Guy Delisle 
Année : 2016 Voir un extrait  
Acheter : fnac partager sur facebook, twittter et myspace
Acheter : amazon

Actu-litteraire : S'enfuir. Récit d'un otage de Guy Delisle Actu-litteraire : S'enfuir. Récit d'un otage de Guy Delisle Actu-litteraire : S'enfuir. Récit d'un otage de Guy Delisle

 

Extrait

 

 

A propos de Guy Delisle

 

S'enfuir. Récit d'un otage de Guy Delisle

Né en 1966 à Québec (Canada), Guy Delisle se passionne dès son plus jeune âge pour les classiques de la bande dessinée franco-belge : "Astérix", "Tintin", "Blake et Mortimer et, plus encore, "Lucky Luke". Il décide donc de devenir auteur de bandes dessinées ! Mais, au Québec, le marché de la bande dessinée est presque inexistant, et aucune école ne forme les dessinateurs en herbe aux subtilités de l'art séquentiel. Guy Delisle effectue donc un détour par le cinéma d'animation, dont il apprend les bases au Sheridan College, à Toronto, avant d'embarquer pour l'Europe en 1988, en quête de débouchés professionnels. C'est le début d'une carrière d'animateur d'une dizaine d'années au cours desquelles il travaille avec la jeune équipe de Folimage, à Valence. Déjà friand de voyages, il enseigne l'animation pendant un an à la Réunion. En 1994, il réalise son propre court-métrage, "Trois petits chats", qui lui vaut d'être remarqué par Michaël Dudok de Wit. Il travaillera avec le réalisateur sur "Le Moine et le Poisson", primé au Festival international du film d'animation d'Annecy en 1995. Par la suite, Guy Delisle participe à la production de nombreuses séries télé : "Papyrus", "Les contes du chat perché" et "Les Aventures d'une mouche", d'après la BD de Lewis Trondheim. Son expérience chinoise de superviseur de l'animation lui fournit la matière de "Shenzhen" (L'Association, 2000), carnet de voyage et chronique drolatique d'un animateur confronté au système de production et à la culture impénétrable de ce pays. Le virus de la bande dessinée s'empare à nouveau de Guy. "Aline et les autres" (L'Association), remarquable exercice de style proche de son travail dans l'animation, est cité par le ‘Comics Journal' parmi les cinq meilleurs albums européens parus en 1999. En 2001 paraît la suite, "Albert et les autres". La même année, il commence la série humoristique "Inspecteur Moroni" (Dargaud). En 2003, il publie "Pyongyang" (L'Association), un nouveau récit de voyage lié à son métier d'animateur et un témoignage précieux sur la Corée du Nord, le pays le plus fermé de la planète. Par son regard à la fois acéré et bienveillant sur une culture étrangère, "Chroniques birmanes" (Delcourt, 2007) constitue le prolongement de la série d'ouvrages consacrée à ses séjours en Asie. En 2011, il reprend son journal de bord et raconte son expérience en Israël dans "Chroniques de Jérusalem" (Delcourt), qui sera récompensé par le Fauve d'or du meilleur album à Angoulême en 2012. Il signe ensuite les trois tomes du "Guide du mauvais père" (Delcourt), une mise en abyme particulièrement drôle sur la paternité. Avec "S'enfuir", qui sort chez Dargaud en 2016, l'auteur raconte l'histoire vraie de Christophe André qui fut kidnappé dans le Caucase en 1997.