Litterature > Romans et nouvelles > Satin Island

Satin Island de Tom McCarthy

Tom McCarthy, traduit par Thierry Decottignies, publie Satin Island aux éditions L'olivier.

U. est un anthropologue chargé d’une mystérieuse mission. Consultant auprès de puissantes multinationales, il voyage sans cesse, accumule les données économiques, urbanistiques, etc., pour élaborer une « théorie générale du Tout » capable de rendre compte... 

Parfois intriguant, énervant mais toujours passionnant, Satin Island nous plonge dans un monde anticipé de nature plutôt pessimiste ou U. prend un malin plaisir à nous renvoyer sans cesse entre notre présent et notre futur possible. A lire ! 

Benjamin

 

Informations :

 

Editeur : L'Olivier L'avis d'Actualité littéraire
Genre : Romans et nouvelles A propos de Tom McCarthy 
Année : 2017 Voir le mot de l'éditeur  
Acheter : fnac partager sur facebook, twittter et myspace
Acheter : amazon

Actu-litteraire : Satin Island de Tom McCarthy Actu-litteraire : Satin Island de Tom McCarthy Actu-litteraire : Satin Island de Tom McCarthy

 

Le Mot de l'éditeur

 

U. est un anthropologue chargé d’une mystérieuse mission. Consultant auprès de puissantes multinationales, il voyage sans cesse, accumule les données économiques, urbanistiques, etc., pour élaborer une « théorie générale du Tout » capable de rendre compte... de n’importe quel événement se produisant en un point quelconque du globe.

Faut-il prendre son projet au sérieux ? Sans doute pas. Car la théorie qu’U. est censé élaborer, et qu’il vend à ses commanditaires, n’est peut-être rien d’autre que… du vent.

Satin Island est un roman futuriste et pessimiste, au ton parfois parodique. Tom McCarthy est hanté par la vision obsédante d’un monde échappant à notre contrôle, et courant vers une catastrophe que nul ne peut arrêter…

 

A propos de Tom McCarthy

 

Satin Island de Tom McCarthy

Tom McCarthy est né en 1969. Il a notamment publié Et ce sont les chats qui tombèrent, Tintin et le secretde la littérature et C (l’Olivier, 2012). Il est sans conteste le nouvel enfant terrible des lettres britanniques.

Traduit de l’anglais par Thierry Decottignies.